Etudes de cas sur la numérisation 3D

Posté dans : Numérisation 3D 1

Episode #1 : La numérisation au service des artistes et collectionneurs

Sculpteur et designer multimédia, c’est parce qu’il est en recherche perpétuelle du point de jonction entre ses deux pôles d’activité que Nicolas Choureau-Kikoïne, dit Kiko Shuro, a fait appel au service de numérisation 3D d’objets de 3DLyfe. L’impression 3D et ses corolaires sont l’un des domaines technologiques dont il suit les avancées, notamment sa démocratisation et l’élargissement de la gamme de matériaux disponibles, en vue de la reproduction et/ou du changement d’échelle de certaines pièces issues de son atelier, avec en ligne de mire un éventuel moulage pour pouvoir revenir in fine, à un matériau plus noble sans toutefois passer par une fonderie traditionnelle (en utilisant du Meteor Clay par exemple).

La demande était simple numériser quelque unes ses œuvres et certains objets de sa collection, afin d’obtenir des fichiers pouvant entre autres être imprimés en 3D. La numérisation d’une œuvre d’art se doit évidemment d’être faite par un scanner 3D digne de ce nom, nous avons donc fait confiance à notre scanner Artec Eva pour obtenir un rendu détaillé et précis.

Panneau Egypt

« La possibilité de modifier, d’animer, de tester des rendus, en mot de jouer avec mes travaux métalliques en utilisant mes outils informatiques usuels via l’entremise d’un scanner, le tout en ayant la possibilité de « re-matérialiser » les résultats in utéro (ndr : à la maison), est véritablement un moment charnière et attendu de longue date dans mes pratiques créatives. De plus, mais l’aspect psychologique n’est pas neutre, la conservation d’exemplaires numériques, tant de mes propres créations que d’autres œuvres en ma possession, est je l’avoue, assez sécurisante. Bien entendu, c’est aussi l’orée d’un ultime changement de paradigme en ce qui concerne les notions d’œuvre originale et de droits afférents, mais le sujet est passionnant autant qu’inévitable. D’ailleurs, et j’espère vous en reparler bientôt, je réfléchis actuellement aux notions d’art ready-to-print, voire open source, et à leurs éventuelles conséquences sur la façon de partager mon propre travail dans les années à venir. »

Ainsi, la numérisation 3D, comme d’autres techniques avant elle mais avec une précision inédite, peut dès aujourd’hui venir étendre l’existence d’une œuvre bien au-delà de son medium initial, pour des usages quasi illimités, tant « virtuels » que réels : double, série limitée, produits dérivés, goodies…

La numérisation et l’impression 3D facilitent l’accès à des perspectives qui nécessitaient, autrefois, des moyens plus que conséquents.

Notes :

1 – Pour ceux qui souhaiteraient plus de détails, nous reviendrons dans un prochain post avec notre client et d’autres photos (celles-ci sont prises sur un coin d’établi avec un éclairage peu flatteur) sur le type de filament, l’imprimante 3D et les réglages utilisés, ainsi que d’autres aspects d’importance comme la finition des pièces obtenues.

2 – L’objet présenté ici est à l’origine un masque de sarcophage en bois (Égypte, basse époque)

Client : Kiko Shuro – http://www.kikoshuro.com/

Service 3DLyfe : Numérisation 3D – http://www.3dlyfe.com/numerisation3d/

Demandez un devis

Suivre Joël Réjouis:

Président de 3DLyfe

Je suis Président et fondateur de 3DLyfe. 3DLyfe est une start-up spécialisée dans la location de #scanners3D avec ou sans opérateur, #l'impression3D et la modélisation 3D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.